Infiltration & bloc de la douleur

Ces deux techniques ont pour but de diminuer les douleurs.

  • Bloc de la douleur
  • Infiltration de corticostéroïdes
  • Infiltration d'acide hyaluronique
  • Infiltration de plasma riche en plaquette (PRP)

C’est un test diagnostique, réalisé uniquement avec anesthésie (sans corticoïde), qui permet dans les cas difficiles où l’origine de la douleur est incertaine, de cibler le traitement ultérieur.

En cas de test positif, une diminution importante de la douleur est décrite par le patient après une injection précise et focale d’anesthésie, ce qui confirme l’origine de la douleur.

Les infiltrations de corticostéroïde ont le rôle de diminuer l’inflammation, qui est souvent associée à la douleur.

Les infiltrations sont réalisées en conditions stériles, sous anesthésie locale et sous contrôle radiologique, échographique ou scanographique, ce qui permet des injections très précises, qui augmentent les chances de succès de la procédure.

Habituellement, la douleur diminue en post-procédure grâce à l’utilisation de l’anesthésie locale, mais elle revient après 1-2 heures, parfois plus intense qu’initialement ; l’effet des corticostéroïdes se manifeste après 24-48 heures, et il est maximal après 1-2 semaines.

L’effort physique et la physiothérapie doivent être évités pendent les premiers 48 heures après l’infiltration. La médication antalgique initiale peut être continuée, et éventuellement diminuée progressivement en fonction de l’efficacité de l’infiltration.

Les complications des infiltrations et les effets secondaires des corticoïdes sont très rares ; néanmoins, l’apparition de nouveaux symptômes doit être signalée par le patient à son médecin traitant ou au médecin radiologue spécialiste de la douleur.

En cas d’échec de l’infiltration, une nouvelle infiltration, un bloc de la douleur ou un traitement intra-discal ou de désensibilisation articulaire pourrait être proposé.

Composant essentiel du liquide synovial, responsable de la viscosité du liquide synovial, l’acide hyaluronique assure les fonctions de lubrification et d’amortissage des chocs.

La visco-supplémentation a pour but de lubrifier l’articulation et de restaurer la viscoélasticité du liquide synovial.

L’injection d’AH est une bonne alternative dans le traitement de l’arthrose débutante ou chez les patients chez lesquels les autres traitements sont contre indiqués.

Le plasma joue un rôle important dans les processus de réparation et possède des propriétés anti inflammatoires , en contenant de nombreux facteurs de croissance, la fibrine.

Comparativement à l’AH l’effet du PRP semble plus important et plus longue durée(jusqu’au 12 mois).